Noravank, un vin arménien avec un goût français

Non loin du monastère de Noravank, s’étendent sur les pentes du village les cépages noirs d’Areni. Ces raisins qui prennent forme entre 1 100 et 1 600 m d’altitude, et le fruit du mélange de ces deux altitudes extrêmes et de la coopération de deux pays aux longues traditions vinicoles, la France et l’Arménie, a été baptisé du nom du monastère voisin: Noravank. Sur la bouteille élégante de ce vin arménien on peut lire en français :

"Grand cru de Vayots Dzor : Noravank, Areni, médaille d'or des vins d'Arménie"

L’entreprise qui le produit, Maran Winery voit le jour en 1991. Quelques années plus tard, le GI2A – Groupement International Interprofessionnel Arménien - une association française investie dans la mise en relation d’entrepreneurs français d’origine arménienne, décide de participer au lancement d’un nouveau vin : « À l’époque, il n’y a avait pas d’institutions, les échanges se faisaient de personne à personne. Quelqu’un nous présentait un projet et pendant les dîners du G2IA, on décidait et on sortait les chéquiers. Avak (directeur de l’entreprise Maran Winery, CdE) avait une connaissance de la culture française et du vin français. On a proposé de financer son projet. Au début, il achetait le raisin lui-même. C’était une aide financière et logistique pour le lancement», - raconte Armen Valian, aujourd’hui responsable du G2IA en Arménie. Pendant plusieurs années, le directeur de l’entreprise Maran Winery visite des installations vinicoles hexagonales et effectue des stages en France et en Italie. « La production de vin arménien durant l’union soviétique était très importante mais d’assez mauvaise qualité. Il s’agissait principalement de vin sucré», - se souvient Avak Haroutunian, aujourd’hui président de l’Union des viticulteurs de l’Arménie. La collaboration avec le G2IA permet d’installer de nouveaux équipements détrônant les systèmes soviétiques vétustes. La production commence en 1993, mais il faudra quatre ans aux vignes pour que la première bouteille soit vendue.

Depuis, Noravank, vin de table rouge et sec issu de l’alliage des traditions arméniennes et des technologies françaises a reçu la médaille d’or des vins d’Arménie. Dans la région de Vayots Dzor on compte dix usines d’où sont issues chaque année environ deux millions de bouteilles de vin d’Areni.

L’entreprise Maran Winery que dirige Avak Haroutiounian produit environ 80 000 bouteilles distribuées en Arménie et en Russie mais aussi en France, en souvenir de la coopération qui permit la création du vin désormais médaillé. « Quand l’entreprise arménienne fonctionne bien, elle peut revenir vers G2IA pour rembourser et/ou investir à son tour dans de futurs projets. Avak commence tout juste à rembourser, sans intérêt bien sûr, c’est amical : il « rembourse » en bouteilles, et c’est un beau retour», - sourit Armen Valian.

Tous droits réservés © FrancoMédia 2012-2015.

Développement et hébergement iHost